Le 19 avril, le secrétariat du Forum Tana a organisé une deuxième consultation de la jeunesse à l’IPSS sur le thème «Les jeunes en paix et en conflit: mon vote compte-t-il en Afrique?». La consultation des jeunes avait pour objectif général de générer des discussions ouvertes et franches sur des questions cruciales relatives à la participation des jeunes aux processus politiques et à la manière dont elles sont liées à la paix et à la sécurité en Afrique.

La discussion participative a été guidée par la catégorisation des jeunes en tant que représentants politiques; le rôle de la société civile (organisations); et le rôle des médias (sociaux) et des processus de campagne / élection. Les participants ont soulevé un certain nombre de défis et de recommandations sur la meilleure manière de mobiliser les jeunes et sur ce que les différentes parties prenantes pourraient prendre en compte lors de la définition d’un programme pour des processus inclusifs pour les jeunes dans la paix et la sécurité.

Cette consultation des jeunes fait partie d’une série d’opportunités organisées par le secrétariat du Forum de Tana afin de capter les voix des jeunes africains et de fournir une plate-forme aux jeunes Africains pour qu’ils dialoguent avec les chefs d’État et de gouvernement africains, des praticiens et des experts de la paix et de la sécurité en Afrique.

La première consultation de jeunes s’est déroulée dans le «Congrès africain des jeunes» du réseau panafricain de jeunes à Banjul, en Gambie, sous le thème «L’avenir est maintenant; Les jeunes ne sont pas trop jeunes pour diriger ». Cliquez ici pour en savoir plus sur la première consultation des jeunes en Gambie.

Le débat général a mis en évidence de nombreux défis:

Les jeunes en tant que représentants politiques

  • L’affiliation politique des conseils / fédérations nationaux de jeunesse (par exemple, en Éthiopie) où la majorité des jeunes sont toujours exclus;
  • Le manque de définitions claires de la jeunesse / représentation des jeunes;
  • Les stéréotypes selon lesquels beaucoup de jeunes ne s’intéressent pas à la politique parce qu’ils pensent que c’est pour la génération plus âgée;
  • Le manque / besoin de confiance entre les jeunes et le gouvernement;
  • Trop de paroles et peu d’action;
  • Le risque d’implication des jeunes dans les conflits s’ils ne sont pas pris en charge en politique (par exemple, la Libye);
  • S’assurer que les processus de sélection des représentants des jeunes soient vraiment ouverts / libres et permettent la représentation de jeunes de tous les pays et à tous les niveaux.
  • Le manque de volonté politique de s’engager avec les jeunes; et
  • Le manque de valeurs / normes morales chez les jeunes.

Campagne / processus électoral

  • Le caractère ethnique des partis plaît rarement aux jeunes;
  • Les jeunes ne sont mobilisés qu’en période électorale.
  • L’incitation des jeunes à participer à des campagnes;
  • L’appartenance ethnique: les jeunes respectent également des « limites ethniques » parce qu’ils craignent de perdre l’accès au pouvoir économique si «leur groupe» perd;
  • Les promesses lors d’élections; et
  • La culture / mentalité politique: les jeunes apprennent souvent que la politique est un jeu malsain et ne souhaitent donc même pas s’engager.

Néanmoins, les recommandations de la sous-catégorie de base ont été partagées et comprennent:

Les jeunes en tant que représentants politiques

  • Un dialogue intergénérationnel est nécessaire.
  • Créer un espace de dialogue entre les jeunes et les acteurs politiques (par exemple, les questions de paix au Soudan);
  • Sensibiliser les organisations de jeunesse à des initiatives de jeunes auxquelles elles peuvent participer;
  • Sensibiliser à la politique / communiquer sur la politique de manière à obtenir des résultats afin que les jeunes puissent être inspirés;
  • Impliquer les jeunes dans l’élaboration des politiques (si les jeunes ne sont pas impliqués, ils ne le seront pas non plus dans les résultats);
  • Les médiateurs doivent combler le fossé entre les jeunes et les gouvernements qui peuvent réellement garantir la présence de représentants des jeunes.
  • Les processus de sélection des représentants de la jeunesse (par exemple, l’envoyé des jeunes auprès de l’UA) devraient en réalité être ouverts / libres / permettre la représentation des jeunes de tous les pays / niveaux;
  • Les jeunes doivent se concentrer et / ou s’accorder sur des idéologies; et
  • Les jeunes jouent un rôle non seulement en tant que politiciens, mais également dans leurs contextes sociaux et culturels.

Campagne / processus électoral

  • La nécessité de cesser de suivre les gens et de commencer à adhérer à une idéologie
  • La participation à des initiatives locales pourrait être plus efficace que les partis politiques et ;
  • La nécessité de disposer de davantage de freins et contrepoids pour les élections (la corruption dans les systèmes électoraux, fraude électorale, etc.).

Le rôle de la société civile

  • Les lois et les réformes;
  • L’éducation civile et;
  • La liberté d’expression.

Les médias sociaux et les OSC

  • Les jeunes doivent utiliser les médias sociaux de manière plus responsable (ils peuvent être victimes d’abus, de haine et de violence)
  • Les médias sociaux doivent être davantage utilisés pour célébrer et renforcer l’identité des jeunes.